Le point sur l'adoption de Drupal 8

Le point sur l'adoption de Drupal 8

Le virage de l'adoption de Drupal 8 est bien entamé désormais... Ça bouge côté back, côté front, ça découple de partout, ça oblige à progresser et remettre en question les habitudes, les conforts.

On commence à voir poindre les évolutions et on diversifie les technos, pour plus de performance, une meilleure expérience utilisateur, une interconnexion généralisée. Donc on progresse, on appréhende de nouveaux cadres, comme Phalcon, AngularJS puis surtout VueJS, et on recrute, on intègre de nouvelles compétences, de nouveaux tempéraments, et de la jeunesse !

Nos équipes ont tenté, sur le blog de bluedrop.fr, de répondre aux 3 questions suivantes : 

Mais est-ce vraiment là l'essentiel ?

Rappelons-nous tout d'abord que nous avons tous vendu Drupal comme le monolithe ultime. Si si rappelez-vous, schématiquement c'était quelque chose de ce type :

  • Wordpress est très bien pour faire un blog ;
  • Avec SPIP (Joomla, etc.) vous pouvez faire un portail d'information ;
  • Avec Prestashop et Magento, un site e-commerce ;

Mais avec Drupal mes amis, quel régal, vous pouvez faire tout cela à la fois ! Commencez par l'un des 3, rajoutez des modules et soyons fous avec Workbench, Rules et Services vous l'aurez votre application métier, portail communautaire, e-commerce en 26 langues…

Historiquement nous avons fait le choix de Drupal car sa couverture fonctionnelle était bonne dans un peu tous les domaines. Et puis le monde a changé et la réalité s'est révélée quelque peu différente.

Le Web aussi a changé 

Auparavant pour une institution / entreprise : tout passait par son site internet et de l'e-mailing. Maintenant le site n'est qu'un élément parmi d'autres : réseaux sociaux, appli mobiles, plateformes de diffusion.

Vous vous souvenez des commentaires sur les articles ? Maintenant on passe généralement par un service tiers (type Disqus) pour qu'ils apparaissent aussi ailleurs. Il est devenu rare que la gestion d'un catalogue ou d'une médiathèque trouve sa source dans le site internet lui-même, mais généralement la gestion des produits est déportée car le site n'est plus le seul canal de vente. Vous diffusez vos mails via le même serveur que celui qui héberge votre site ? Non, vous passez par un tiers comme Mailjet ou MailChimp et même chose pour le push vers votre application mobile, etc.

Et tout ceci nous amène logiquement aux :

Les premiers sont les blocs constitutifs de votre application, les seconds, les messagers et le ciment qui assurent la cohésion et la bonne communication entre toutes les parties.

En d'autres termes, dans un communauté open source... Comme ailleurs... Il est toujours temps de remettre les concepts en question... Avec humilité et énergie, car tout ça est quand même passionnant.

Christophe Dugué

Partager sur :